Timing is everything

Timing is everything

C’est arriver chez soi en vélo et refermer la porte trois secondes avant que la pluie ne tombe. C’est avoir une série de lumières vertes alors qu’on est en retard. C’est se rendre compte que la belle fille de l’aéroport est finalement assise à côté de nous dans l’avion. C’est se rendre compte que les mots se sont placés d’eux-mêmes pour lancer l’insulte parfaite dans une guerre de trashtalk. C’est un film d’animation pour enfants au cinéma qui bogue après 20 minutes et qui est annulé alors que par solidarité vous aviez décidé d’accompagner votre ami dégoûté et sa blonde excitée comme une puce dans un refuge pour animaux (fait vécu).

 

Certains semblent être tombés dedans lorsqu’ils étaient petits tellement tout leur sourit. D’autres au contraire semblent l’avoir seulement quand vient le temps d’avoir des conséquences négatives. Et puis il y a de ceux qui n’en auront vraisemblablement jamais. Mortels que nous sommes (s’il y a des immortels dans la salle, on vous salue), nous disposons hélas d’un temps fini sur terre. « You only live once » (YOLOOOO duuuude! Woooooo!) diront les plus quétaines d’entre vous. Bien que je méprise quelque peu votre manque d’originalité, n’en demeure pas moins que cette tristement célèbre phrase a du vrai et qu’elle a un impact sur l’importance du timing.

 

Cela dit, est-ce que le timing existe vraiment ou n’est-ce qu’une excuse pour ne pas affronter la réalité?  Est-ce une création des perfectionnistes pris dans une image de ce qu’ils voudraient croire être le summum? Est-ce l’explication donnée par les éternels optimistes qui croient que rien n’arrive de bon pour rien?  Force est d’admettre que le timing a le dos large.  N’en demeure pas moins qu’il peut s’avérer être la cause de grands changements dans nos vies.

 

D’abord, il serait important d’arriver à définir ce qu’est le timing. À mon avis, à son sens le plus large, il s’agirait tout simplement d’être au bon endroit au bon moment. Si je pense à autre chose, je vous en fais part, c’est promis.

 

Il existe plusieurs sortes de synchronismes. Quelques exemples ont déjà été donnés en introduction. Cela dit, ils se qualifieraient davantage de banals hasards. Ceux qui sont davantage significatifs (et/ou intéressants) se retrouvent bien souvent dans des thématiques récurrentes, soit dans notre vie professionnelle ou amoureuse. Ils frappent l’imaginaire, laissent une trace, restent ancrés dans notre mémoire comme une odeur reliée à notre enfance dont nous ignorions notre capacité à la faire revivre sur demande.

 

Vous pouvez frapper une balle de tennis 1 000 fois de la même façon et un beau jour la 1001e, sans raison apparente – et surtout sans avertissement – vous donnera la sensation d’avoir frappé la perfection. Chaque articulation de votre corps entrera en harmonie au moment de l’impact et frapper une balle de ouate avec une mitaine de four serait plus brutal. Le sweet spot exposant 10. Vous auriez eu les yeux fermés que vous auriez pu dire où la balle terminerait sa course. Vous savez. Le timing, c’est atteindre un profond sentiment de bien-être. Le fameux sentiment de « it feels right » (je n’ai hélas pas d’équivalent français). Au moment où il arrive, vous ne voulez pas savoir pourquoi ni comment c’est arrivé, vous préférez profiter du moment. Ce n’est que lorsque vous ne le retrouvez plus que soudainement vous voyez l’importance d’avoir cette information, de façon à pouvoir le reproduire. Si seulement c’était si simple.

 

Le synchronisme a autant d’importance dans la vie parce que de par sa nature, il augmente inévitablement la valeur du moment. Prenez n’importe quel événement, rajoutez-lui une touche de synchro avec d’autres aspects de votre vie et celui-ci s’en trouvera enjolivé. En d’autres mots, c’est un assaisonnement à la vie. Le ketchup sur les frites (ou la mayo, on ne partira pas de débat aujourd’hui), le verre de lait après un morceau de gâteau au chocolat, une douche chaude après une longue journée d’hiver.  À l’inverse, prenez un événement malheureux et un mauvais alignement des astres ajoutera à la tragédie du moment.  Charlie Bucket qui gagne son billet pour la chocolaterie de Willy Wonka… le même jour où il apprend être atteint du diabète.

 

Bien qu’on ne puisse pas réellement décider du moment parfait pour qu’il le soit, certaines situations font en sorte qu’on peut avoir un impact sur ce qui nous arrive dans la vie. Afin d’éviter de ne dépendre que de la chance, la deuxième partie tentera de faire la lumière sur certains aspects qui pourraient faire de vous des magiciens du temps ou à tout le moins des maîtres illusionnistes.

 

À bientôt.

If you enjoyed this article, please consider sharing it!
Icon Icon Icon

Related Posts